Vitalisme et énergétique

Les techniques énergétiques s’appuient sur le principe d’une énergie première, d’un principe vital, inhérent à la matière, et plus globalement à notre univers. Hippocrate et les Stoïciens parlaient de Pneuma, que l’on traduit généralement par Souffle de Vie. Dans l’antiquité, ils pensaient que cette force avait un rôle dans la forme et la cohésion de la matière, qu’elle était aussi principe de vie, et même constituait l’âme. Un concept très proche a été tout particulièrement développée en Extrême-Orient : en Chine on parle de Qi, Chi ou Ki, en Inde de Prâna, etc. Les techniques énergétiques pratiquées aujourd’hui s’adossent plus ou moins sur ce concept. Dans l’histoire, elles ont été utilisées sur tous les continents, y compris en Europe.

Le magnétisme moderne

Mesmer, médecin allemand du 18e siècle et personnage haut en couleurs, est considéré comme le fondateur du magnétisme moderne. Il pratiquait à la fois des passes magnétiques et de la suggestion, utilisait des bains d’eau avec de la limaille de fer et autres tiges métalliques avec un sens aiguë de la théâtralisation. Il contribua à la fois à l’étude du phénomène, à sa popularisation, et à son discrédit.

Emmanuel Stivet naturopathe le havre normandie accuponcture 1

Un système de pensée à adapter

Dans nos campagnes, c’est le magnétiseur dont nous a parlé la voisine, ou le guérisseur qu’un parent évoque solennellement. La médecine et la religion ont souvent entretenu des rapports ambivalents avec ces coupeurs ou barreurs de feu et autres praticiens en marge. La médecine y trouve un regain d’intérêt depuis quelques décennies, plus particulièrement depuis les années 90. Avec le développement des technologies et de nouveaux moyens d’évaluation, nombre d’études dans le monde font état de résultats observables, sans qu’une explication systémique n’ait été véritablement mise en valeur. La prudence d’une partie du corps médical comme de l’Eglise est encore d’actualité, la séquelle d’une ancienne pensée magique étant encore présente dans certains esprits. Le manque de cadre et de compréhension autorise aussi bien la liberté créative dans les techniques que le risque de déviances égocentriques ou mercantiles. Les pratiques semblent aussi diverses que les croyances de ces praticiens : une partie d’entre eux évoquent une foi religieuse teintée de mysticisme, ou un contact fusionnel avec la nature, se rapprochant d’une forme de chamanisme. D’autres s’appuient sur ce qu’ils disent être un magnétisme en rapport avec des propriétés physiques minérales comme le procure la magnétite, présente en faible quantité dans notre corps, longtemps utilisée pour faire nos aimants. D’autres encore trouvent dans la physique quantique un support de réflexion, une philosophie à construire ou à retrouver, et une possible voie de réunion avec le corps scientifique. Finalement, des médecines anciennes et traditionnelles notamment d’Asie ont su se faire respectueusement accepter dans notre culture occidentale, tant leur système de pensée et de soins est apparu complexe, abstrait, efficient et surtout dégagé de la gangue magique où l’Occident avait enfermé les pratiques dites de magnétisme animal.

Emmanuel Stivet naturopathe le havre normandie énergétique 2

L’origine de l’énergie

Qui n’a déjà consulté, ou ne connaît, un acupuncteur, un professeur de Tai Chi, de Qi Gong, ou de Reiki ? Ils sont en passe de devenir aussi communs que le yoga qui n’a fait véritablement son entrée en Occident qu’à partir des années 60 et 70. La sophrologie, fondée par Caycedo, avait déjà permis un syncrétisme entre certaines de ces techniques orientales et l’état hypnotique utilisé en Occident, et dont pourtant Mesmer est considéré comme l’initiateur, les neurologues Jean-Martin Charcot et Sigmund Freud comme des dépositaires, autant de figures emblématiques et controversées mais aussi particulièrement créatives. La sophrologie prit garde de s’extraire du mouvement New Age, focalisant son attention sur l’aspect relaxant et la connexion avec certaines parties de la psyché, par le biais de la descente des ondes cérébrales en fréquence alpha. En quelque sorte, l’esprit scientifique occidental, très mental, fit à mi-voix le lien entre l’énergie psychique, nerveuse et certaines pathologies. L’effet placebo, générant parfois de véritables auto-guérisons, manifeste un phénomène unanimement accepté et pourtant inexpliqué sur le plan de l’origine physiologique. Même si des processus physico-chimiques sont observés au cours du mécanisme. La description asiatique de centres énergétiques pluriels ne se résumant pas au seul centre cérébral, et n’étant pas forcément corrélés avec des nœuds nerveux, reste assez mystérieuse et exotique. Toutefois elle trouve une certaine perméabilité dans notre culture depuis l’avènement de la physique quantique qui pousse notre esprit à ne plus s’attacher qu’à la seule matière visible. La double nature des unités subatomiques, à la fois matière et énergie (ou onde), laisse entendre que nous ne nous sommes intéressés jusqu’à présent qu’à un monde sur deux dans nos recherches occidentales. La science en est au niveau du Neandertal concernant ses connaissances de cette autre nature de l’univers. Elle souffre de ses propres mythologies et réductions. L’intrication de l’univers quantique, répondant à des lois non newtoniennes, avec le monde de la matière architecturée, laisse présager que des effets en chaînes et croisés ont lieu en chacun de nous et dans notre univers.

Emmanuel Stivet naturopathe le havre normandie univers 1

Si l’on s’en réfère à l’approche asiatique, l’énergie dont il est question dans les techniques énergétiques prend sa source dans les choses et leur existence elles-mêmes. Cette énergie ne serait pas produite, mais existante. Par ailleurs, elle est un principe vital. La vie lui est subordonnée. Elle est sa source et elle est circulante en l’homme, ainsi qu’entre l’homme et son environnement, son univers. S’il existe plusieurs sortes d’énergies et plusieurs sources, il n’y aurait en revanche qu’un unique réseau commun à ces énergie dans le corps : on parle de méridiens ou nadis en Inde. L’homme serait un trait d’union entre la Terre et le Ciel, au sens métaphorique mais pas seulement. Bien sûr, les énergies telluriques et cosmiques nous inondent en permanence, mais au sens chinois l’homme est littéralement l’union d’énergies primordiales dont la Terre et le Ciel sont les archétypes essentiels. Pour recouvrer la santé, il s’agit dont de reconnecter l’homme à la Terre, ainsi qu’au Ciel, dans un juste équilibre, en s’assurant qu’en l’homme les barrières qu’il a pu se poser soit évacuées. Je vous laisse apprécier la portée ne serait-ce qu’allégorique de cette conception du monde.

Le praticien énergéticien a pour rôle de participer à cette reconnexion, étroitement liée à la conscience, ainsi que de lever les blocages en l’être. Pour cela il utilise, plus ou moins consciemment, justement, des techniques qui font appel à une accélération d’énergie dans les méridiens, dans le but de lever les barrages par exemple, ou encore d’harmoniser les flux dans leur répartition et leur écoulement. Emmanuel Stivet naturopathe le havre normandie énergétique 4Des outils physiques peuvent être utilisés, comme des aiguilles d’acupuncture, des pressions avec les doigts, la combustion d’armoise provoquant une chaleur localisée, ou même remettre un os en place, décongestionner une zone tissulaire, etc.
Si l’on admet qu’il existe aussi une réalité ondulatoire et énergétique, on peut dès lors supposer que des outils énergétiques sont aussi possibles. Si l’homme possède des énergies propres, elles peuvent être utilisées pour intervenir sur lui-même et sur son environnement avec lequel il est en interaction, voire lors de soins portés à autrui. Dans cette même logique, des énergies de l’environnement pourraient aussi être canalisées dans une direction définie. La médecine traditionnelle indienne fait état de 7 centres énergétiques principaux, chacun ayant sa tonalité, sa qualité essentielle propre.  Leur compréhension et leur appréciation est subtile. Leur utilisation consciente encore davantage. Lorsqu’un mystique, habité par sa croyance, fait appel à une entité religieuse ou tutélaire, inconsciemment utilise-t-il une certaine tonalité énergétique ? Une chose est sure : il se met dans un état d’esprit particulier, voire un état de conscience spécifique (ou état modifié de conscience), distinct de celui qui ne vit pas cette foi. Et dans cet état, on peut supposer que des interactions physico-chimiques en son sein, peut-être même des interactions subtiles avec son environnement et son entourage, sont à l’oeuvre. Dans la page « qui suis-je » j’aborde plus spécifiquement mon parcours et ma pratique.

Je vous souhaite une belle découverte, un chemin tourné vers l’exploration, ouvert à l’immensité de l’univers.

Emmanuel Stivet naturopathe le havre normandie univers 2Emmanuel Stivet naturopathe le havre normandie univers 4